Le guide complet pour apprendre les Hiragana

Apprendre les hiragana

Pour savoir lire et écrire en japonais, il faut connaître les deux écritures syllabaires que sont les Hiragana et les Katakana.

Je ne parle pas encore des kanji, ce sera pour les prochaines leçons.

Pour le moment, on se concentre sur les syllabaires et aujourd’hui, sur les Hiragana.

Les Hiragana se composent de 46 caractères et sont utilisés pour écrire les mots d’origine japonaise, mais aussi les particules grammaticales, les désinences verbales (terminaisons de verbes) et certaines onomatopées, celles prononcées par les personnes comme les rires, les cris, les interjections, etc

Il y a 5 voyelles : a, i, u, e, o.

  • Le a, le i et le o se prononcent de la même manière qu’en français.
  • Le u japonais se prononce comme un « ou » français.
  • Le e japonais se prononce comme un « é » français.

Le y est considéré comme une semi-voyelle.

Chaque ligne de consonne est accompagnée d’une voyelle, excepté pour le n qui est la seule consonne seule.

  • Les consonnes k, t, n, m et la semi-voyelle y se prononcent de la même manière qu’en français.
  • Le s se prononce comme dans dessin et non comme un « z » .
  • Dans la ligne t, le chi se prononce comme s’il y avait un « t » devant.
  • Le h japonais est aspiré et donc toujours sonore (un peu comme en anglais).
  • Le f (de la ligne h) ne se prononce pas comme un « f » français mais est un mélange entre le h et le f; on aspire comme le h japonais en fermant légèrement les lèvres.
  • Le r japonais ne se prononce pas comme un « r » français mais plutôt comme un « l ».
  • Le wa se prononce « oua » comme dans watt, jamais comme un  « v ».
  • Le wo se prononce « o » (le w ne se prononce pas ou très légèrement).

Hormis les 5 voyelles, le n est la seule lettre seule. Tous les autres caractères sont basés sur les 5 voyelles précédées d’une consonne ou précédées d’une consonne et de la semi-voyelle y (comme dans le troisième tableau).

Premier tableau

Le premier tableau présente les 46 caractères fondamentaux. Tous les autres tableaux découlent du premier.

Ces 46 caractères sont donc à connaître et mémoriser :

46 caractères de base

Deuxième tableau

Le deuxième tableau présente les caractères dérivés qui sont de nouveaux sons créés à partir des lignes ka, sa, ta et ha auxquelles sont ajoutés deux traits (signe appelé ten-ten) ou un petit rond (signe appelé maru).

  • Le g se prononce « gu » comme dans guitare, jamais comme dans giboulée.
  • Le ji de la deuxième et troisième lignes se prononce « dji ».

C’est souvent le ji de la deuxième ligne (ligne de z) qui est utilisé pour écrire les mots avec le son « ji ». Même chose pour le zu; on utilise souvent celui de la deuxième ligne plutôt que celui de la troisième.

Sons impurs Hiragana

Troisième tableau

Le troisième tableau présente les diphtongues qui résultent de la contraction d’un ゃ, ゅ ou ょ de petite taille avec un hiragana de taille normale. Ce sont les caractères de la colonne i qui sont utilisés pour former ces caractères et ceux du quatrième tableau.

Premier tableau des Diphtongues

Quatrième tableau

Le quatrième tableau présente les diphtongues composés de deux traits (ten-ten) ou un petit rond (maru) alliés à un petit ゃ, ゅ ou ょ.

Deuxième tableau de Diphtongues

Tous les nouveaux sons découlent d’un hiragana de base auquel on ajoute autre chose. Il te suffit donc de t’entraîner à écrire les 46 hiragana fondamentaux pour maîtriser les autres sons en hiragana.

Orthographe

Il existe également quelques règles d’orthographe pour doubler les voyelles et les consonnes.

Consonnes doubles

Pour doubler une consonne, on ajoute un petit tsu っ devant la consonne à doubler et à l’oral, on insiste sur cette consonne en la prononçant plus longuement.

Exemple avec un mot en hiragana dans lequel il y a un doublement de consonne avec le petit tsu っ devant la consonne à doubler : あさって (asatte) = après-demain. Dans ce mot retranscrit en rōmaji, il y a deux fois la lettre « t » et on a donc un petit tsu っ devant la syllabe suivante qui commence par « t » : て (te).

Voyelles allongées

Il y a aussi une manière d’allonger les voyelles. Tout comme pour les consonnes doubles, l’allongement d’une voyelle implique qu’on insiste sur cette voyelle à l’oral, en la prononçant plus longuement.

En hiragana, pour allonger une voyelle, on ajoute une voyelle seule derrière la voyelle à allonger.

Pour les syllabes formées d’une consonne qui se termine par あ (a), い (i), う (u), on ajoute la même voyelle derrière. Exemple avec ces 3 mots japonais :
おばあさん (obaasan) = grand-mère
きいろい (kiiroi) = jaune
くうこう (kuukou) = aéroport. Avec ce mot, on a deux allongements de voyelles et on voit que les syllabes se terminant par お (o) s’allonge avec う (u) comme nous allons le voir après.

Pour allonger les syllabes composées d’une consonne + え (e), on ajoute い (i) derrière. Exemple avec le mot がくせい (gakusei) = étudiant.

Pour allonger les syllabes composées d’une consonne + お (o), on ajoute う (u) derrière. Exemple avec le mot とうきょう (toukyou) = Tokyo. On retrouve plusieurs écritures pour ce nom de ville japonaise que l’on voit souvent écrit Tokyo mais qui peut aussi s’écrire Tōkyō, ce qui serait logique puisqu’en rōmaji, le trait sur les voyelles (on voit parfois un accent circonflexe à la place) indique que la voyelle est allongée.

Il y a quelques exceptions avec les syllabes composées d’une consonne + お (o) qui s’allongent parfois avec un お (o). Exemple avec ce mot japonais おおきい (ookii) = grand. On a d’ailleurs ici un mot dans lequel il y a deux allongement de voyelles.

Petit récapitulatif pour l’allongement des voyelles en hiragana

Derrière une syllabe constituée d’une consonne + la voyelle :

  • あ , on ajoute あ.
  • い , on ajoute い.
  • う , on ajoute う.
  • え , on ajoute い.
  • お , on ajoute う (sauf exceptions où on ajoute お).

Sens d’écriture

Il y a un sens d’écriture à respecter pour tracer les hiragana.

Je l’ai détaillé sur les fiches que j’ai créées pour apprendre à écrire chaque Hiragana en détail.

Sur ces fiches, tu trouveras l’ordre des traits, le sens du tracé, le numéro de chaque hiragana dans la liste des caractères fondamentaux (les 46 caractères du premier tableau) et deux mots de vocabulaire dans lesquels tu retrouveras la syllabe à apprendre.

Tu peux donc t’entraîner grâce à ces fiches.

がんばって !
Ganbatte !

Et à très vite pour de prochaines leçons.
またね。
Myriam.

12 commentaires
  • G
    GOUHIER dit :

    Vraiment bien ficelé

  • K
    Khemissi dit :

    Merci bien ☺️

    • Myriam Myriam dit :

      Merci pour le commentaire 😉 !!

  • S
    Shikaems dit :

    C’est vraiment bien détaillé merci !

    • Myriam Myriam dit :

      Merci pour ton commentaire !

  • Y
    Yann dit :

    Super blog! Vraiment c’est complet et encourageant, merci Myriam! 😁

    • Myriam Myriam dit :

      Merci à toi pour ce commentaire 😉 !!

  • S
    Salma dit :

    Merci beaucoup ! C’est très clair et très bien détaillé ! Merci pour les leçon ça me motive encore plus ! 😁

    • Myriam Myriam dit :

      Ça fait plaisir à lire et je suis contente que mes leçons te motivent !
      Merci pour ton commentaire.

  • L
    Lisa dit :

    Merci beaucoup pour les leçons que tu nous donnes, mais tu crois que pour les personnes entre 10 et 15 ans peuvent apprendre la langue sans souci ? Peut être que c’est un peu trop tard pour nous…

    • Myriam Myriam dit :

      Il est jamais trop tard 😉
      Merci pour ton commentaire.


Laisser un commentaire